Comment faire un Buddha Bowl
Déjeuner&Diner

Comment réaliser un “Buddha Bowl” ?

On les voit partout sur Instagram ou encore sur Pinterest ou encore dans les restaurants healthy (= sain) ? Non, je ne parle pas de extra-terrestres mais des buddha bowls ! Vous savez ces petits bols colorés souvent véganes qui comportent différents ingrédients. Ils sont équilibrés, bons et sains. On les appelle aussi des glory bowl ou encore des hippies bowls. Totalement en vogue dans la veggie sphère mais aussi dans de nombreux restaurants. Dans cet article, on va apprendre comment réaliser un buddha bowl, décrypter cette tendance et pourquoi l’adopter dans notre semaine !

Différence entre le poke bowl et le buddha bowl:

Il existe, aujourd’hui, dans les restaurants de nombreux bowls.

Comment s’y retrouver?

  • Le poke bowl, originaire d’Hawaii, n’est pas ni vegan ni végétarien (on peut trouver des variations j’imagine) à l’origine. En effet, “poke” veut dire “couper” ou “trancher” en Hawaiien. Il est composé de riz vinaigré, avec du poisson mariné cru en général du thon, à laquelle on rajoute des légumes qui ont été conservé dans le vinaigre. En d’autres termes, il s’agit d’une salade décomposée. Ce qui fait toute la différence avec le buddha bowl qui est un plat végétarien ou plus encore végane qui est complet d’un point de vue nutritionnel.
  • Il n’est pas rare de trouver des buddha bowls avec des protéines animales. Ce qui est antinomique vu que la doctrine du bouddhisme prône le respect vis-à vis du vivant et notamment les animaux. Le buddha bowl est un plat facile à digérer, sain et équilibré et, composé de protéines végétales. C’est le principe de base de ce plat. Par conséquent, il est végétarien ou végane. Quant à son origine, de nombreuses hypothèses fleurissent un peu partout sur internet.

L’origine du buddha bowl :
L’origine du “Buddha bowl” viendrait du fait que Bouddha récoltait sa nourriture dans un bol unique!

Il n’est pas très clair d’où vient ce nom pour ce bol si coloré. De nombreux sites établissent que ce plat fait référence au ventre arrondi du Bouddha ou encore que chaque ingrédient coloré forme un ensemble qui réflète le bonheur, l’apaisement tel l’Éveil de Bouddha. Mais, ces explications ne m’ont pas convaincue. J’ai continué mes petites recherches pour trouver quelque chose de plus plausible.

Et, qui cherche trouve, dit-on ?

Je suis tombée sur le site anglo-saxon Epicurious qui me donnait une explication plus qu’acceptable à savoir que le buddha bowl viendrait du fait que Bouddha recueillait la nourriture offerte à l’aide d’un bol. Cela devait être, certainement, du riz et du curry vu de la région dans laquelle il a vécu (entre le Nord de l’Inde et du Népal). On est, bien évidemment, loin des plats colorés d’aujourd’hui qui ont conquis nos vies. Il s’agirait, donc, d’une juxtaposition de préparations restantes réunies dans un bol. Je vous rassure rien à avoir avec la salade composée!

Ces bols ont commencé à être popularisé par Martha Stewart qui, en 2013, a commencé à les réaliser dans ses livres de cuisine. Ils ont été élaborés de manière saine pour un repas complet avec des légumes, des graines, des protéines végétales… pour avoir le plein d’énergie.

Composer son buddha bowl:

Les ingrédients sont infinis pour le “buddha bowl” ! Faites jouer votre créativité!

Il existe diverses combinaisons. On peut jouer sur le cru, le cuit ou encore les couleurs, les formes.. Bref une infinité de possibilités qui rend l’ennui impossible dans ce type de plat.

Il est, en général, très facile à réaliser et permet de faire appel à sa propre créativité. On peut aussi, tout comme Bouddha, composer ce bol avec les restes de la semaine et rajouter d’autres éléments.

  • les céréales:

On peut choisir n’importe quelle céréales ou pseudo-céréales telles que : le quinoa le riz blanc ou sauvage, sarrasin, l’amarante… Ils peuvent être cuit à la casserole ou dans l’auto-cuiseur.

  • les protéines :

De nombreuses options sont possibles : avec le tempeh, le tofu, les PST (protéines de soja texturés), les légumineuses (haricots, lentilles, pois-chiches…)

On peut accommoder les protéines végétales de mille et une façon: au grill pour le tempeh ou le tofu par exemple. Autrement, on peut les faire mariner avec de la sauce soja et les faire revenir à la poêle.

Les légumineuses peuvent être cuisinées à l’indienne, à la marocaine… ou encore en plus simple boulettes comme des falafels pour les pois-chiches ou encore en purée comme pour le houmous.

  • les légumes:

Les légumes (et/ou parfois des fruits) peuvent être préparé de pleines façons différentes: crus ou cuits en fonction de ses envies.

J’aime beaucoup les tailler très finement à la mandoline ou encore utiliser un spiraliseur pour faire des spaghettis avec les légumes comme la betterave (la chioggia pour la couleur et le côté zébrée), les carottes, les concombres qui donnent aussi un côté craquant au plat. D’autres fois, l’emporte-pièce fait l’affaire pour faire des coeurs et des étoiles. Une façon ludique de préparer ses légumes!

On peut aussi avoir des légumes rôtis comme la courge ou encore la pomme de terre.

Pour les fruits, les grenades se marient, en général, bien avec le salé et ramèneront de la couleur!!

  • les sauces :

Il n’y pas vraiment de règles pour les sauces. La vinaigrette classique est acceptable ou une version améliorée avec des agrumes comme le citron vert ou l’orange.

Cependant, on peut composer des sauces avec le tahini, purée de sésame ou encore du beurre de cacahouète, ou encore ajouter quelques noix(amandes, noix…).

Conclusion:

L’avantage du buddha bowl est qu’il est facilement réalisable en terme d’effort ou encore en terme de coût. C’est un repas bon pour la santé.

Il n’y a de véritables recettes pour ce plat car il se décline à l’infini. Chacun fait en fonction de ses envies, de sa créativité. Il peut varier selon la saison également.

Il est vrai que les buddha bowls jouent beaucoup sur les couleurs et les textures mais il n’y pas vraiment de buddha bowl raté! Ceci dit, rappelez- vous on mange tout d’abord avec les yeux et puis, avec la bouche. Le tout est d’embellir les restes de la semaine en rajoutant des ingrédients et, de le présenter joliment. Le tour est, alors, joué. Lancez- vous!

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le commenter, le liker ou le partager

Crédits : Photo by Mattia Falorettija ma on Unsplash

Partagez l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 Comments

  • Mylène

    Bonjour Audrey,

    Heureusement que je suis ton blog! Je n’aurais jamais connu le buddha bowl sans ça!
    (et oui je ne traine pas sur Insta et je ne suis pas encore végan 😉 ).
    J’aime beaucoup ce genre de recette ou te peux te permettre de la créativité et surtout de récupérer les restes de la semaines dont tu ne sais pas quoi faire.
    Comme toujours, j’aime que tu nous en apprenne plus sur l’histoire d’un plat, sa provenance, tout ça, tout ça !

    Merci pour cet excellent article. Ton blog est beau, facile à parcourir et pleins de bonnes recettes!

    Au plaisir de te lire.

    • Audrey Virassamynaick

      Coucou Mylène ! Merci de ton message! C’est vraiment top les “Buddha Bowls” ! et chacun peut faire à sa sauce ! N’hésite pas à l’essayer 🙂 A bientôt!! A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *