Lecture: 5 livres à lire sur la cause animale
Mode de vie durable

Confinement & Lecture: 4 livres à lire sur la cause animale

J’avais écrit un article en début d’année qui était : ma meilleure astuce pour appliquer mes bonnes résolutions de l’année. J’avais partagé avec vous l’importance de l’entourage et de l’environnement pour nous avoir de nouvelles habitudes. Dans cet article, je vous propose ma sélection de 4 livres à lire sur la cause animale pour mieux comprendre le mouvement vegan

Beaucoup de mes articles sont relatifs à ce qu’on mange en tant que végane. Des recettes pour nourrir son corps avec des plantes et sans oublier de supplémenter en vitamine B12. Qu’en est-il de nourrir son esprit? Alors, que tout le monde se rassure, je ne vais pas faire un article sur la spiritualité! Parce que le mouvement végane n’est pas une religion, au contraire c’est un acte de boycott de la souffrance animale.

Ceci dit, je vous présente des ouvrages qui ne sont pas issus de la littérature” feel good”(= se sentir bien) mais, la réalité du terrain qui domine notre quotidien. Ce sont des livres qui m’ont personnellement rassurée dans mes choix lorsque personne ne comprenait ma démarche de vouloir me lancer dans le végétarisme puis. le végétalisme. Il est bien évident, maintenant, qu’avec internet, les groupes vegans sont désormais nombreux sur la toile. Avoir du soutien est, de plus en plus facile, pour réduire voir éliminer sa consommation de produits carnés. Toutefois, il est toujours bon de revenir aux fondamentaux afin de faire évoluer son système de pensée, d’apprendre et aussi de comprendre.

L’ordre que j’ai établi pour cette sélection n’est pas basée sur ma préférence, il suit la chronologie dans laquelle j’ai lu ces livres. Ces lectures ont été mon entourage, mon environnement, mon soutien pendant longtemps encore aujourd’hui. Ils ont façonné ma réflexion, mon système de pensée et mes valeurs. Ces livres sont, pour moi, des sources de référence. Je les ai lus et relus et, j’y ai trouvé, parfois, du réconfort. Chacun d’eux m’ont permis de prendre conscience qu’on pouvait vivre autrement. Je souhaitais, donc, partager avec vous cette sélection.

1. No Steak, Aymeric Caron

Le livre est paru en 2013. J’étais en Angleterre et je me souviens d’avoir regardé l’émission de Laurent Ruquier d’ONPC en replay et, d’avoir été surprise d’entendre ce journaliste parler de son végétarisme dans une émission populaire. Je me suis, donc, procurée son livre et, je l’avais dévorée. J’étais, moi-même, végétarienne dans un pays où être végétarien était une forme de normalité que j’en oubliais mes propres choix. J’ai relu ce livre, il y a moins de 2 mois, pour écrire un article pour un site de produits végan et zéro-déchet canadien pour évoquer le véganisme et l’écologie comme un choix éclairé.

Le livre alterne les anecdotes, réflexions et interrogations personnelles de l’auteur avec des statistiques, de faits historiques et des principes philosophiques. Ce qui rend la lecture facile et fluide. Il n’hésite pas à aborder nos incohérences culturelles, nos rapports à l’alimentation avec une petite pointe d’humour par-ci par-là. En voilà un petit extrait:

“….nous mangeons aussi bien les moules (mollusques marins) que les escargots (mollusques terrestres). En revanche, autre bizarrerie à noter, dans la famille des mollusques gastéropodes, on mange certes les escargots, mais pas les limaces. Le fait qu’elles n’aient pas de maison sur le dos doit apparemment être suspect. Non au gastéropode SDF ! Vous y comprenez vraiment quelque chose ? “ (Extrait du chapitre “Salma L’entomophage”)

Le livre est loin de faire la leçon de moral, de juger les carnistes. Bien, au contraire, il remet les choses en persceptive et même au sein de la communauté végane. Il relate l’impact de la viande sur notre vie et sur l’écologie avec ce fameux chiffre “d’un kilo de viande de boeuf= une année de douche= 15000 L d’eau”. Bref, de nombreuses informations pertinentes qui permettent de réfléchir sur l’impact de nos choix alimentaires sur la planète et sur autrui. Ce livre est une bonne entrée à la matière pour comprendre le mouvement végétarien et vegan.

Visitez Amazon et achetez le livre : “No Steak”, d’Aymeric Caron :

2. Antispéciste, Aymeric Caron

C’est le deuxième livre d’Aymeric Caron! Oui, son travail pour la cause animale est, pour moi, incontournable dans le monde francophone. Il est une référence. Qu’on aime ou pas le personnage, ces livres sont bien écrits, avec des sources d’information fiables et précises.

Ceci dit quel intérêt de lire “No steak” et de lire “Antispéciste“? Ils sont, pour moi, complémentaires. Je pense quand même que dans Antispéciste, l’auteur va plus loin dans son fil de pensée. On a beaucoup parlé de manière négative de la pensée antispéciste. Je crois que cet ouvrage remet les choses à leur place.

L’auteur définit l’antispécisme comme un “nouvel humanisme ” dès les premières pages du livres tout en rappelant qu’il ne discrimine aucun être en raison de l’espèce à laquelle il appartient “. Il expose de nombreux concepts tels que le welfariste ou l’abolitionnisme au sein de l’éthique animal qu’il différencie des éthiques des environnements. Le livre s’intéresse aussi à l’oeuvre du philosophe Peter Singer, un des pionnier de la réflexion antispéciste.

Il évoque le mouvement antispécisme comme une avancée sociale tout en le distinguant du véganisme bien que les deux principes soient intimes liés. Il fait référence aux nombreuses personnalités tels que Gandhi, Martin Luther King et bien d’autres qui ont oeuvré, grâce à la désobéissance civile, le refus et la résistance, à faire avancer la société.

En revanche, cet ouvrage nous interroge sur notre façon de vivre, de composer avec les autres espèces et mentionne le concept de “réduire au maximun son empreinte négative sur la vie” à savoir trouver des alternatives pour polluer le moins possible dans sa vie de tous les jours. Ce livre est une véritable source d’informations qu’on prend toujours plaisir à lire et à relire.

Visitez Amazon et achetez le livre : Antispéciste, Aymeric Caron

3. Le végétarisme et ses ennemis, Renan Larue

Ce livre est une véritable pépite. L’auteur, Renan Larue, est également professeur de français à l’université de Californie. Il a été publié en 2015 et je l’ai lu il y a deux ans à peu près. Et, ça a été une véritable découverte. Souvent, le mouvement non-carniste (végétarien et vegan) est perçu comme la tendance du moment, un pur produit de notre époque. On entend souvent à la radio/ à la télévision: Que pensez du régime vegan, la nouveauté du moment? Alors qu’après la lecture de cet ouvrage, on se rend à quel point le mouvement non-carniste a toujours existé et qu’il a été méprisé.

En effet, ce livre retrace le mouvement végétarien et vegan dans l’histoire de l’humanité : de la Grèce Antique, à la Rome Antique, du Moyen-Âge aux Siècles des Lumières, de la Révolution Industrielle au XXIème. C’est loin d’être barbant. L’auteur analyse le mouvement non-carniste en fonction des lieux géographiques notamment en Europe, comment il a été discrédité et empêché. On y apprend que Pythagore refusait des habillements issus des animaux et que ses chaussures étaient faite d’écorce d’arbre! Un précurseur du mouvement vegan ?!

Les positions de plusieurs philosophes sont citées telles que Plutarque, Voltaire ou Rousseau en faveur du végétarisme alors que d’autres, au contraire, comme Descartes ne voit qu’en l’animal une machine. L’auteur retrace aussi la création de la Vegetarian Society en 1857 en Angleterre où les débats entre carnistes et végétariens font rage! Une association qui a grandement influé sur le jeune Gandhi qui a mené, avec ferveur, le combat pour l’indépendance de l’Inde tout en s’appuyant sur le principe de la non-violence(= ahimsa).

Ce que j’ai beaucoup aimé c’est l’examen de l’auteur sur la présence des vegans dans une société carniste. Il démontre à quel point choisir une alternative à l’ordre établi suggère forcément de l’hostilité, les moqueries ou encore le rejet. C’est un des seuls livres qui m’a permis de relativiser et de comprendre les critiques que je pouvais recevoir, simplement en mentionnant mon véganisme.

Visitez Amazon et achetez le livre : Le végétarisme et ses ennemis, Renan Larue

4. Plaidoyer pour les animaux, Mathieu Ricard

C’est le livre que j’ai lu récemment! Et, je vois bien avouer que ça a été un électro-choc! même pour une végane aguerrie comme moi! Je ne sais pas pourquoi ce livre m’a autant secouée! On pourrait s’attendre à un livre mêlant la cause animale et spiritualité. Et, ben non! On y trouve un esprit cartésien, oui Mathieu Ricard est aussi un scientifique, qui nous pousse à réfléchir à notre consommation de produits carnés. Le livre est dur par moment mais, il en vaut le détour. Un ouvrage documenté, précis et riche en information. Une véritable bible pour la cause animale!

Tous les aspects de la cause animale sont abordés: le religieux, l’écologie, l’humain. On pourrait s’attendre à ce que l’auteur prenne des pinces pour traiter ces sujets du fait qu’il soit moine bouddhiste, ce n’est pas le cas! Sa position est claire sur la cause animale à savoir que nous devons changer nos habitudes et nos mentalités. Il étaye de manière brute et concise les arguments en faveur du respect de la vie animale.

De plus, il discrédite les arguments culturels, économiques qui entérinent la consommation de produits carnés. Il traite des sujets épineux qui sont la corrida, l’expérimentation animale, l’élevage industriel, le traffic des animaux sauvage et la chasse. Des sujets qui, on le sait, tend à déchaîner les passions. C’est un ouvrage qui nous pousse à prendre nos responsabilités face aux choix que l’on opère chaque jour. Un must-read! (=doit être lu)

Visitez Amazon et achetez ce livre: Plaidoyer pour les animaux, Matthieu Ricard

Conclusion :

Ici se termine ma sélection sur les 4 livres à lire sur la cause animale. Ce sont des livres que j’aurai aimé lire au commencement de mon végétarisme, que je partage avec vous. J’espère que ces ouvrages vous apporteront du réconfort dans vos choix autant qu’ils m’en ont apporté. Peut-être seront-ils un déclic pour changer ses habitudes et privilégier les alternatives végétales. Je n’ai pas vraiment de préférences parmi ces 4 ouvrages. Chacun d’entre eux m’ont apporté, à leur manière, une vision du monde différente que celle de l’ordre établi.

N’hésitez pas à laisser un commentaire, à aimer et partager cet article: Confinement&Lecture : 4 livres à lire sur la cause animale

NB: Je touche une petite commission lorsque vous passez par le lien Amazon, il m’aide à entretenir ce blog! Merci 🙂

Crédits photo: fotografierende on Unsplash

Partagez l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6 Comments

  • Fabienne

    Bonjour Audrey,
    Je te remercie vivement pour cet article. Je suis particulièrement interpellée par le livre de Matthieu Ricard dont j’apprécie particulièrement les écrits. Je pense qu’il me faut ce dernier coup de pouce pour finir ma transition sur les produits animaux. Je mange encore des œufs et du poisson.
    Merci encore à toi et à bientôt,
    Fabienne

    • Audrey Virassamynaick

      Coucou Fabienne! Merci de ton message qui me touche bcp! Le livre de Matthieu Ricard est poignant vraiment! Tu me donneras ton retour qd tu l’auras lu 🙂 A bientôt!

  • Mylène

    Bonjour Audrey,
    Wouha ! Quel travail et quel récapitulatif de tes lectures.
    Merci de nous apporter ton retour de lectures mais aussi de végane.
    Tu le sais, je ne suis pas végane… pas encore j’ai envie de te dire car de plus en plus la consommation de produits carnés me pose problème. Et ma consommation ne cesse de diminuer.
    Je pense que ton influence y est pour beaucoup car ma propre sœur est végétarienne depuis de nombreuses années et cela ne m’avait pas autant influencée…
    Étrange que je sois plus influencée par quelqu’un que je n’ai jamais vu “pour de vrai” que par quelqu’un qui me soit si proche…
    Au delà des résumés que tu nous as fait, une chose me saute aux yeux, la violence auquel les non carnivores sont confrontés.
    Je ne m’étais jamais rendue compte de ça. Et maintenant en te lisant je revois toutes les fois où ma sœur recevait des “petites taquineries” de la famille et des proches…
    Cette intolérance m’agace, m’exaspère même !
    Merci pour ce beau travail que tu fais et la passion que tu mets à défendre une cause en laquelle tu crois.
    Ce n’est pas avec du vinaigre qu’on attrape les mouches! (je suis une mouche que tu as su attirer 😉 )

    Au plaisir de te lire;

    • Audrey Virassamynaick

      Bonjour Mylène! Merci pour ce commentaire qui me touche bcp! On a tous notre chemin et l’important est de savoir ce que nos choix impliquent! Je suis ravie d’avoir attrapée une mouche! Rassure-toi je ne les mange pas!:P Je suis ravie que tu te questionnes sur ta consommation carnée. Souvent, dès qu’il y a différence, il y a beaucoup d’interrogations et d’incompréhension. “Le végétarisme et ses ennemis” de Renan Lerue m’a qq part aidé à relativiser les invectives qu’on pouvait me lancer en tant que végane. J’ai fini par comprendre que d’autres, avant moi dans l’histoire, les avaient déjà subi… Un éternel recommencement ce débat! A bientôt! A.

  • Camille

    Bonjour Audrey,

    Merci pour cet article. Je n’ai lu que peu de livres en français sur la cause animale, je viens de tous les ajouter à ma liste de lecture ! J’ai celui de Matthieu Ricard dans ma bibliothèque mais n’ai pas encore eu l’occasion de le lire (tant de livres, si peu de temps !). Un de mes favoris est “The World Peace Diet” de Will Tuttle, l’as-tu lu ? Je l’ai lu il y a onze ans, peu de temps après être devenue végane. Il m’a beaucoup marquée.

    Bonne journée à toi et à bientôt,
    Camille

    • Audrey Virassamynaick

      Coucou Camille! Merci de ton commentaire. 🙂 Celui de Matthieu Ricard ne m’a pas laissée indifférente voir secouée! J’ai lu peu de livre sur la cause animale en anglais bizarrement! Mais je jetterai un oeil sur Will Tuttle que je ne connais pas! Celui qui me tente bcp c’est celui de Peter Singer :”Animal liberation”! A bientot A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *