petit-pois et tofu à l'indienne
Déjeuner&Diner

Petits-pois et tofu à l’indienne

Les petits-pois et le tofu à l’indienne est une recette inspirée du fameux classique de la cuisine du Nord de l’Inde qui est le Matar paneer. Matar en Hindi désigne le petit pois et le Paneer est un fromage fait à partir du lait caillé. C’est une recette végétarienne que j’ai, donc, végétalisée.

Je ne suis pas une adepte du petit-pois, et je préfère vous le dire maintenant! Par contre, une des seules manières dont je le mange est à l’indienne. Le mariage des épices et de ce petit légume est, pour moi, un pur bonheur! Les petits-pois frais s’incrustent dans les magasins pendant que le printemps s’installe. Il était temps que je vous propose ma recette préférée avec ce légume de saison! Oui oui, mangeons local, bio et surtout de saison 🙂 Vous l’aurez compris dans cet article, on va parler un peu du petit pois.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu : Comment faire un massalé de pommes de terre?

Le petit-pois, le légume du printemps-été

Le petit-pois, légume du printemps

Originaire d’Asie centrale, la récolte du petit-pois se fait en Europe entre mai et juillet avant maturation. Pendant longtemps, on le mangeait comme un légume sec. Il fait son apparition en France au XVIIème siècle avec un succès immédiat! Une vrai star ce petit-pois 🙂 Louis XIV adorait ce légume et exigea sa culture. La production a commencé dans le Sud de la France avant de se propager dans tout le pays au fil des siècles. Encore aujourd’hui, la culture du Nord et de l’Est sont destinée à la congélation ou à la conserve.

Il existe différentes variétés de petits pois et, environ 1200 sont inscrites dans le Catalogue Européen! Il y a de quoi faire! Ceci dit, on les classifie en fonction de leur caratéristiques telles que:

  • types de graines: les “ridées” ou les “lisses”. Les ridées sont plus appréciées crues car plus sucrées. Les lisses sont destinées plus à être cuisinées ou encore mis en conserve
  • types de couleur: vert ou jaune
  • types de taille: naine, semi-naine ou encore à rames. Les naines ou les semi-naines sont plus productives en général

Petite mention spéciale pour le pois mange-tout ou encore connu sous le nom de pois gourmand les graines et la cosse se consomment entièrement!

Comment choisir et conserver le petit-pois ?

Pour choisir les petits-pois, il faut que la cosse soit ferme et brillante. On privilégiera les petits-pois frais ou encore congelés hors-saison car ils gardent leur vitamines. Pour avoir environ 170 gr. de petits pois frais, on épluchera environ 500gr de cosses. Mais, le jeu en vaut la chandelle! Rien de mieux au niveau gustatif. Je ne vous vanterai pas les boîtes de conserves car j’ai beaucoup de mal avec leur goût sous ce format!

En frais, les glucides du petit-pois tendent à se transformer en amidon (en 24h) ce qui rend difficile pour la digestion de ce légume! Pour garder le vert vif, il suffit une fois blanchi de stopper la cuisson en le plongeant dans l’eau froide afin de fixer la chlorophylle.

Récoltes de petits-pois entre les mois de Mai à Juillet
Les nutriments dans le petit-pois

Petits mais costauds! Les petits-pois regorgent de nombreux bienfaits pour la santé! On ne dirait pas comme ça! C’est le HULK des légumes verts non pas en taille mais en nutriments! Il contient devinez quoi ? de la PROTÉINE!! environ 5g/100gr. Petits-pois accompagnés de céréales (pains, riz…), le combo parfait pour un repas végétalien et pour avoir des protéines végétales complètes!!!

Par ailleurs, le petit-pois a une teneur importante en vitamine C, et de la vitamine B (B1 et B9) qui aide au renouvellement des cellules. Et ce n’est pas tout, on y trouve aussi des oligo-éléments tels que le zinc, du sélénium, cuivre, fluor. Et pour finir, comme beaucoup de légumes, il contient également des fibres surtout lorsqu’ils sont jeunes et frais qui facilitent le transit intestinal!

Toutefois, il peut y avoir des formes d’allergies aux petits-pois comme des sensations de brûlures ou de démangeaisons dans la gorge ou encore dans la bouche lors de sa consommation. N’hésitez pas à en parler à un médecin afin qu’il puisse prendre les mesures nécessaires.

Vous savez maintenant tout sur les petits-pois ou presque, un petit légume qu’on va cuisiner avec du tofu à l’indienne!

Petits-pois et tofu à l’indienne

Ingrédients (2 personnes):
  • 150 gr. de petits-pois frais ou congelés blanchis (10 min dans l’eau bouillante puis retirez et réservez)
  • 200 gr. de tofu ferme et nature coupés en cube
  • 1 c. à c. de cumin
  • 1 oignon émincé
  • 3 gousses d’ail écrasés
  • un petit morceau de gingembre émincé ou écrasé
  • 180 grammes de coulis de tomates
  • 2 c. à s. de lait d’amande (ou de crème végétale coco…)
  • sel et poivre
  • 1 c. à c. de curcuma
  • 1 c. à c. de garam massala et/ou de massalé
  • une demi-cuillère à café de ketch-up ou encore le concentré de tomates
  • un peu d’huile
  • quelques branches de coriandre ciselé

Optionnel : un piment vert ou un piment sec

Préparation:

  1. Dans une casserole, faites chauffer l’huile et faites frire les cubes de tofu. Une fois bien frit, réservez (5 min environ)
  2. Dans cette casserole, ajoutez de l’huile et laissez chauffer quelques minutes à feu moyen. Mettez la cuillère de cumin (1-2 min)
  3. Puis rajoutez les oignons émincés, l’ail, le gingembre écrasés (2-3 min), le piment et assaisonnez
  4. Introduisez les épices : garam massala ( et/ou massalé) et le curcuma (1-2min)
  5. Versez le coulis de tomates et le ketch-up (ou le concentré de tomates) et laissez cuire 1-2 min. Puis, ajoutez le lait d’amande. Bien mélangez
  6. Mettez les petits-pois blanchis pendant 2- 3 minutes environ
  7. Incorporez le tofu frit pendant 2 min et mélangez doucement. Ajustez l’assaisonnement.
  8. Une fois cuit, ajoutez le coriandre ciselé par dessus
  9. À Servir avec du riz ou/et encore du pain indien. Bonne dégustation!

N’hésitez pas à laisser un commentaire, à aimer et partager cette recette de petits-pois et de tofu à l’indienne

Crédits : Photo by Rachael Gorjestani on Unsplash, Photo by Daiga Ellaby on Unsplash

Partagez l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 Comments

  • Mylène

    Bonjour Audrey,

    Super cet article ! J’adore “c’est le HULK des légumes verts”🤣.

    Dis moi, j’ai une question ou peut-être plusieurs à te poser.
    Cette réflexion m’est venue en consultant un blog sur le zéro déchet.
    Il parlait du livre (que je n’ai pas lu) de Béa Johnson.
    Charlène (la blogueuse) montrait que si engouement il y avait eu autour de son livre c’est grâce à son angle un peu différent de ceux de d’habitude.
    Ses promesses sont les suivantes :
    – 40% d’économie sur le budget
    – moins de temps à nettoyer et entretenir sa maison et ses objets
    – beaucoup moins de temps à faire du shopping
    – plus de temps et d’agent pour les loisirs
    – une meilleure alimentation
    – une meilleure santé

    Je m’explique.

    Comme tu le sais je ne suis pas encore végan.
    Je suis certes en transition mais cela me demande beaucoup de temps.
    J’ai conscience de ce que je ne souhaite plus faire vis à vis des animaux.
    ça c’est compris. (Oui j’ai diminué considérablement ma conso de viande mais j’en mange encore.)
    Mais la nature humaine étant ce qu’elle est, je me dis qu’il faut peut-être voir les choses différemment. OU tout du moins jouer plus sur ce qui intéresse les humains, c’est à dire eux-même (je fais partie du lot) et leur porte-monnaie.

    Penses-tu que tu pourrais nous faire un ou deux ou peut-être même 3 articles sur :

    – Les aspects financiers, économiques Végan VS Carnivore (tourner différemment mais mettre en évidence l’aspect économique)
    – La gestion du quotidien (quels avantages cela représente-il en terme de temps?).
    – Les idées reçues sur le véganisme (Beaucoup de temps en cuisine, produits chers, organisation particulière à mettre en place, ça à l’air triste, tout ça tout ça)
    – Les bienfaits sur la régénération des cellules, les aspects sur le vieillissement (je vois que tu parles souvent de tout ce que cela apporte et aujourd’hui j’ai particulièrement noté l’aspect régénération des cellules, moi qui est 40 ans passés, ça sonne à mon oreille!).

    Une autre idée me vient.
    En regardant la chaine Youtube de Dirty Biology, (je pense que le mec est végan ou au moins végétarien) il montre que la consommation de viande est responsable notamment du développement de beaucoup de nouveaux virus/maladies.
    Je ne sais plus quelle est la vidéo que j’avais vu mais cela m’a un peu plus fait comprendre que de toute façon il fallait que j’aille vers le véganisme. En pleine crise du CORONAVIRUS, il serait intéressant d’avoir un article de ta part. Pour expliquer un peu plus l’intérêt qu’ont les humains à aller vers lui.

    Je me rends compte qu’en suivant ton blog, je comprends mieux le véganisme et j’admire et respecte profondément ces valeurs.
    Cependant si je veux être totalement honnête avec moi même (aussi paradoxale que cela puisse paraître et je ne dois pas être la seule) même si la cause animale me touche sincèrement, je n’arrive pas à regarder la vérité en face (trop de culpabilité).

    Tu as réussi à faire venir une carnivore sur ton blog je pense que ton approche est donc bonne dans sa globalité.

    Mais si l’on veut faire avancer les choses (et c’est moi qui parle…) vouloir nous toucher en espérant que l’on se rende compte de notre cruauté et que l’on accepte de changer, n’est pas gagné. Oui cela avance mais je pense que l’on peut faire mieux.

    Je te suis depuis plusieurs mois maintenant et tu sais (en tout cas je l’espère) combien j’admire ton travail.

    J’espère que mon long (très long) commentaire te permettra de faire avancer cette cause qui le mérite.

    A bientôt !

    • Audrey Virassamynaick

      Bonjour Mylène,

      Merci pour ton retour et ton commentaire et surtout de ton intérêt pour mon blog! J’ai pris la nuit pour y réfléchir. On dit toujours que la nuit porte conseil! 😛

      Il est vrai que je n’ai pas mis en avant les choses ce que le véganisme peut apporter à chacun individuellement. Je n’avais pas réfléchi en ces termes car comme pour bcp vegans j’imagine j’avais arrêté la viande parce que ce je mangeais me mettait très mal aise. Je n’avais jms listé les choses positives que le véganisme m’avait apporté personnellement ou dans ma vie quotidienne car l’important pour moi était/est de ne plus faire souffrir une espèce qui était différente de moi. Mes lectures m’avaient confortée et fait comprendre que c’était un geste de compassion sans retour( oui oui aucun cochon ou poulet ne te remerciera de ne pas l’avoir mangé! ). Je cherche pas à être meilleure que les autres, mais je ne souhaite pas y participer (en achetant) à ce système d’exploitation(avec abattage à la clef). Cependant, tu m’amènes sur une piste de reflexion intéressante de dresser les choses positives que ce mode de vie apporte au quotidien autre que les considérations morales et éthiques. J’y réfléchirai avec attention…

      La question économique: je l’aborderai plutôt en video bientôt: voir les courses que je fais, le prix, ce que je cuisine avec. Je pense que C’est le bon format pour visualiser le sujet que de l’écrire sur un blog. (je suis encore un mode d’apprentissage de montage…)

      La gestion du temps et les idées reçues : je pense que c’est l’éternel débat. Tu le vois sur Insta, sur mon blog, je suis tournée sur le produit brut. Je n’achète pas de produits transformés ou vraiment très peu et ça, pour trois raisons : le prix, la qualité(le goût et les nutriments) et les emballages. J’aime voir la tête des légumes que je mange. Je suis pas une adepte de plats cuisinés. Effectivement, je cuisine quasiment tout ou presque. Bien manger (au sens qualité du terme que ce soit vegan ou omnivore) prend du temps. Toutefois, je le vois comme un investissement sur mon corps, mon esprit et ma santé. Et, c’est l’exemple que je souhaite montrer. Après, il y a des solutions pour diminuer son temps de cuisine comme le batch-cooking (cuisiné tout en un jour pour la semaine) Tu as raison ce sont un des sujets à aborder.

      L’aspect nutritif : les fruits et les légumes contiennent beaucoup d’anti-oxydants. Il est vrai que l’alimentation végétale est riche en minéraux, anti-0xydants. On le sait elle peut agir sur le diabète de type 2, maladies cardio-vasculaires, cancer du colon ceci dit, elle a aussi ses points faibles tout comme l’alimentation omnivore qui comporte des points posititfs et négatifs. Le tout est surtout de voir qu’on peut avoir une alimentation végétale et être en bonne santé. Après d’autres facteurs sont à prendre en ligne de compter comme l’alcool, la cigarette, l’activité physique. De nombreux sportifs ont vu leur performance égalé ou parfois même amélioré en étant végétalien. J’en parle dans l’ouvrage (téléchargeable sur ce blog je crois que tu l’as c’est le reportage sur netflix game changers)

      Je suis allée voir la chaine de Dirty Biology que je connaissais pas (merci pour cette découverte)! Je pense comme lui bien évidemment(et c’est le cas de la plupart des vegans) qu’il y a corrélation entre pandémie (ou encore crises sanitaires telles que vaches folles dans les années 90, la grippe aviaire, e-coli… ) et la consommation de viande, réchauffement climatique… Tu mets le doigt sur quelque chose intéressant et j’approfondirai le sujet dans un article prochainement.

      Il en va de soi que le but n’est pas de culpabiliser ou de juger mais de montrer que des alternatives existent, qu’on peut vivre autrement et surtout diminuer son empreinte négative sur la vie en consommant le moins possible. N’est-ce pas là une forme de minimalisme dans l’alimentaire? hmmm ça sent l’article!:) Chacun fait ce qu’il peut avec ce qu’il a. Personne n’est parfait. Il vaut mieux 10 vegan imparfait qu’un vegan parfait… Je te conseille la lecture de Mathieu Ricard ” Plaidoyer pour les animaux” ou encore Aymeric Carron” No steak” qui se lit assez facilement 🙂

      Merci encore d’avoir pris de ton temps pour écrire ce commentaire qui amène à réfléchir sur une approche différente du sujet.

      A bientôt,

      Audrey

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *