La Vegane Podcast
Podcast

Podcast: J’ai lu “No Steak” d’Aymeric Caron-Partie 2

Nous abordons la deuxième partie de No steak. Je vous avais présenté la première partie il y a quelques temps où j’avais exposé les 4 premières raisons résumées pour lesquelles on devient végétarien. Dans cet nouvel épisode, on va exposer 4 dernières raisons. Sans plus attendre, voici ce nouvel épisode:

Raison 5: Parce que nous nous n’avons pas besoin de viande pour vivre

Sportifs végétaliens mentionnés :

  • Carl Lewis : médaillé olympique en athlétisme
  • Martina Navratilova : tenniswoman titrée à Wimbledon
  • Scott Jurik: vainqueur de l’Iron Man d’Hawaii

Publicité de Peta:

Publicité de Peta sur le véganisme

Loma Linda : Ville de Carlifornie où on vieillit 5 à 8 ans de plus que les autres californiens

Livre ” Anti-cancer” de David Servan-Schreiber qui remarque une apparition du cancer du sein et de la prostate dans les pays occidentaux mais aussi une augmentation du cancer depuis la fin de la seconde guerre mondiale avec la consommation de sucre, de graisse animale…Il rappelle aussi que les molécules anti-cancers se trouvent dans le règne végétal(fruits, légumes) et non animal

Livre ” China Study”(en français L’enquête Campell) de Colin Campbell, biochimiste qui établit un lien direct entre les produits carnés (laitiers inclus) et les cancers du sein, de la prostate ou du côlon. Il évoque les “maladies de la prospérité” (diabète, obésité… )

Raison 6: Parce que les animaux que nous mangeons nous ressemblent

Réflexions de Thierry Auffret Van der Kemp, ancien directeur scientifique et pédagogique de l’Espace des sciences de Rennes qui refuse de parler de faiblesses des autres animaux comparé à l’espèce humaine.

La définition de l’empathie: capacité à ressentir les émotions d’un autre. Une capacité qu’on a cru qu’on a cru pendant longtemps propre à l’homme alors que les animaux sont aussi capables de la ressentir

La définition de la sentience un terme anglo-saxon qui désigne l’ensemble des caractéristiques sensibilité, conscience qui permettent de ressentir des émotions, avoir des perceptions, d’avoir des buts et des projets.

Il est clair que les animaux sont capables de ressentir la douleur et la souffrance. La douleur est une ” situation désagréable ou insupportable en un point du corps ” alors que la souffrance Aymeric Caron l’oppose au bien- être

Raison 7 : Parce que la morale nous commande d’arrêter la viande

L’éthique animale est une question de responsabilité de l’homme vis-à-vis des animaux. Jean-Baptiste JeanGène Vilmer, Universitaire spécialiste de l’éthique animale au Québec, un enjeu très présent dans le monde anglo-saxon. Il est auteur d’Ethique Animale. Dans l’analyse de cet universitaire, il donne des éléments de réponses pour le peu d’engouement pour l’éthique animale dans la société française qui s’explique par une tradition humaniste et aussi une préférence pour des sujets plus abstraits comme ontologie…

Un débat philosophie s’installe et pour comprendre les courants des défenseurs des animaux, deux définitions sont nécessaires:

  • le conséquentialisme: lorsqu’on est attaché aux résultats ou aux consèquences
  • le déontologisme: s’intéresser aux motivations morales de l’action

Grâce à ces définitions, deux concepts qui structurent le courant de la cause animales sont présentés.

  • le welfarisme : garantir le bien-être des animaux. Welfare, en anglais, veut bien-être. Une approche qui correspond à l’utilitarisme( à savoir le bien-être des animaux en tenantdu plus grand nombre), une des forme du conséquentialisme
  • l’abolitionnisme veut mettre fin à l’élevage. Un concept qui s’intalle dans le déontologisme

Deux autres concepts se sont aussi invités dans cette raison:

  • le spécisme: ” idéologie qui justifie de traiter des individus (humains et non -humain) différemment en fonction de l’espèce à laquelle il appartient sans la moindre raison”
  • L’antispécisme : une notion fondamentale du mouvement non-carné. Une doctrine popularisé par Peter Singer, philosophe welfariste, dans le le livre Animal Liberation en 1975!

Peter Singer est un fervent défenseur de la pensée utilitariste. Pour illustrer son propos, on s’intéressera à l’expérimentation animale qui est acceptable puisque on teste sur quelques animaux pour sauver des centaines de vies humaines. Bien évidemment, il existe des courants opposés à l’utilitarisme et s’inscrivent dans le mouvement de l’abolitionnisme et souhaitent des droits plus concrets pour les animaux. On penser, alors, aux auteurs tels que Tom Reagan ou Gary Francione. Pour eux, chaque individu (humain et animaux) a des désirs, des envies…

Les droits fondamentaux qu’on pourrait octroyer aux animaux:

  • droit à la vie
  • droit à l’intégrité physique
  • droit à la liberté
  • droit de ne pas être esclave

De nombreuses personnalités ont embrassé le mouvement telles que Nathalie Portman, James Cameron ou encore Joachim Phoenix

Raison 8: Parce que le végétarisme est moderne depuis des millénaires





À la question: Est-ce finalement une société où les animaux ne subissent pas de violences n’est-elle pas une utopie? Aymeric Caron mentionne les Bishnoïs en Inde, une société de 600 000 membres dans l’état du Rajasthan en Inde où le respect des animaux et des arbres font parti des règles de vie

Il aborde, aussi. au Jaïnisme, une religion qui prône le végétarisme pour tous les membres et revient sur le concept d’Ahimsa (non-violence) qui inspira le Mahatma Gandhi.

En Occident, la position de Nietzsche est évoqué avec une méfiance à l’égard de la viande. Mais celles de Schopenhauer qui fut influencé par l’hindouisme ou encore le bouddhisme.

On discute aussi de la position des religions face aux végétariens. Entre le XIème et XIIIème siécle, l’Église Catholique avait déclaré les végétariens catholiques d’hérétiques. Dans le Judaïsme, on tend à adopter un régime végétarien pour faliciter la vie face aux règles casher complexes

Aux siècles des Lumières, Descartes estimait que le monde des animaux était séparé du monde des hommes. Il développa la théorie de l'”animal-machine” à savoir que les animaux ne ressentent rien!

Le végétarisme dans l ‘Antiquité est aussi cité avec des figures comme Pythagore, Plutarque, Porphyre, Empédocle, Théophraste…

Conclusion:

Quelques grandes lignes et des définitions de l’épisode dans cet article qui a été dense en divers raisonnements pour mieux comprendre le positionnement de l’humain dans son environnement et face à d’autres espèces. J’espère que ces deux épisodes vous auront plu et vous donneront aussi l’envie d’aller plus loin dans votre façon de penser sur la cause animale.

N’hésitez pas à laisser un commentaire, à aimer et partager cet article: Podcast: J’ai lu “No Steak” d’Aymeric Caron-Partie 2

NB: Je touche une petite commission lorsque vous passez par le lien Amazon, il m’aide à entretenir ce blog! Mer

Partagez l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *